Yanick Lahens, Douces déroutes