Ému aux larmes. Van der Weyden, peintre de l’émotion contrôlée